Fondements dramaturgies 2 : temps et espace

Introduction : défis et enjeux

Dans le théâtre classique, on a les réponses à la fin (pièces fermées); dans le théâtre contemporain, les réponses ne sont pas données (c’est le cas dans Princesses).

Le temps théâtral

Le temps et l’espace sont des invariables, des fondements : ils sont toujours présents.

Traditionnellement, on écrit sur un acte présent ou passé. Au XXe siècle, on commence à écrire beaucoup plus dans le futur : science fiction.

Le temps et l’espace ont beaucoup obsédé les philosophes. Le temps est plus difficile à percevoir que l’espace, qu’on perçoit avec les sens. Il est plus facile de visualiser le temps avec une photo ou sur une montre.

Au théâtre, on ne voit pas le temps passer (contrairement au cinéma, où on passe d’une scène à l’autre et où on peut faire vieillir les personnages). Le temps est une information qui manque souvent.

Le temps est difficile à appréhender. « Le temps n’existe qu’au présent ». Le passé en tant que tel n’existe pas, mais seulement lorsqu’on le ramène au présent. Le temps de l’histoire est toujours contaminé par le présent; on finit souvent par réécrire l’histoire en raison du présent, du contexte présent dans lequel on le rapporte.

Les temporalités constitutives du temps théâtral selon les classiques

Le temps obsède les auteurs baroques; ceux-ci tentent de contrôler, de maîtriser le temps.

Foi objective : il y a un temps réel qui existe, en-dehors de nous.

Composantes : temps de représentation (TR) et temps de l’action ou temps dramatique (TD)

D’Aubignac, La pratique du théâtre. La durée « de représentation » doit être de 3 heures (au maximum), mais cela signifie 1h30 sur scène.

La durée principale est la durée du poème dramatique. La durée de la représentation chez les Grecs était d’une heure et demie, mais la durée de l’action était plus courte.

La tragédie s’efforce de s’enfermer autant que possible dans le temps d’une seule révolution du soleil ou de ne le dépasser que de peu.

Aristote, Poétique

Aristote, n’étant pas un homme de théâtre et n’ayant jamais écrit de pièces théâtrales, tentait de comprendre les auteurs dramatiques. Une révolution du soleil, pour Aristote, pouvait signifier la journée (du lever au coucher du soleil).

Temps dramatique : temps de l’action (drama : action).

Aujourd’hui, il y a beaucoup de pièces avoisinant les 1h15–1h30.

L’équation idéale TR = TD et les « accommodements » (durée, ellipses)

Chez les Grecs, le temps dramatique à peu près égal au temps de représentation (outre certaines ellipses).

Chez les Classiques, l’action se déroule sur 24–30 heures, représentée en ~3 heures (déficit de 21–27 heures).

Corneille développe une nouvelle écriture elliptique. Lorsque les personnages ne sont pas sur scène, ils continuent leur action, ils continuent à vivre. Le temps se fragmente, s’accumule hors-scène (notamment lors des entractes).

L’équation idéale (TR = TD) ne fonctionne pas.

Jamais le passé ne se constituerait s’il n’était le présent dont il est le passé. […] Non seulement le passé coexiste avec le présent qu’il a été, mais […] c’est le passé tout entier, intégral, tout notre passé qui coexiste avec chaque présent.

Ricœur (citant Deleuze), Le Bergsonisme, 1996

Les temps sont toujours des temps du présent. La séparation classique entre les deux temps (TR et TD) est très abstraite; ce n’est pas comme cela que le temps est perçu.

Critique de la conception classique du temps théâtral

Il y a une poétique du non-dit : certaines actions sont faites sans être représentées sur scène, parfois parce qu’on n’a pas besoin de le savoir.

Les souvenirs n’existent pas tant qu’ils ne sont pas remémorés; et alors, ils n’existent qu’au présent.

Les modalités temporelles et la quête des marqueurs

Quel est le temps dramatique/théâtral du théâtre invisible?

Combien de temps dure une pièce de théâtre? Comment occupe-t-elle notre esprit, à quelle intensité? L’expérience théâtrale s’arrête-t-elle à la tombée du rideau, ou continue-t-elle à nous habiter après? Décroche-t-on avant même la fin de la pièce? Les temps de début/fin sont-ils fixés?

Il faut créer d’autres catégories de temporalité, comme le temps du spectateur.

Le temps de l’histoire : l’histoire est toujours réécrite en fonction du temps présent. Il n’y a pas une version de l’histoire qui traverse les époques. Le temps de l’histoire n’est pas objectif, il est intimement lié au temps, à l’époque à laquelle on raconte l’histoire.

Il y a aussi la temporalité des personnages. Les personnages ont un temps qui leur est propre. Que représente le temps pour chacun des personnages?

Chez les classiques :

Au théâtre contemporain, le temps est plutôt arborescent; il appartient à différents univers. Est-ce qu’on est dans un temps imaginaire, propre à un personnage?

Chez les contemporains :