Fondements dramaturgiques 3 : rythme, prosodie et alexandrins

Les éléments distinctifs

Synérèse : prononciation en une seule syllabe de deux sons voyelles en contact (commençant par i/u/ou).

Diérèse : séparation d’une syllabe en deux; inverse de la synérèse.

Dans l’écriture classique, on doit s’arrêter au milieu (à la sésure, à 6) et à la fin du vers (12).

Dans l’hémistiche, il y a un temps fort final et il doit y en avoir un à la fin.

L’expressivité peut aussi jouer sur le sens. Il faut penser au caractère du personnage, ce qu’il vit, pour mettre l’emphase au bon endroit, pour insister sur le bon mot.

La révolution romantique

Les romantiques ont conservé l’alexandrin.

@EXM : Expression des romantiques : « déniaiser l’alexandrin »

2 règles :

Il ne faut pas perdre son texte en haleine, mais le défi du spectateur est de tenir son public en haleine (le public est béat devant la prestation).

L’interprétation

Les grandes tendances historiques

Aujourd’hui, plus personne ne prononce le rimes des « e » muets.

Masquage/marquage, opacité/transparence

Masquage / marquage : si on lit exactement selon les règles d’écritures de l’époque, c’est du marquage (les alexandrins sont respectés à la lettre); si on sauter ces syllabes, c’est du masquage. On se réfère aussi à ces termes par transparence et opacité : dans des vers transparents, on ne sent pas les alexandrins; dans des vers opaques, on les sent fortement.

Écarts et performativités