(dernière modification : )

Sand – Histoire de ma vie (suite et fin)

La chute

Idée à analyser: la chute du père («l’homme qui tombe») est construite dans la logique prédictive du texte.

Inventivité prédictive du récit; mantique du récit (ensemble d’intersignes qui ensemble font sens).

On n’a pas besoin de retrouver une adéquation entre les idées populaires de l’époque; le texte a sa propre inventivité, sa propre créativité.

Étymologies pour la chute

Le père «tombe» dans la tombe, mais plus généralement tombe dans le malheur.

La mort du petit Louis

Discussion entre le père et la mère suite à la mort de l’enfant (extrait p. 617).

Deux systèmes explicatifs du malheur sont à l’œuvre:

L’explication liée au chirurgien renvoie à la fois à la figure du sorcier et à une explication médicale, donc scientifique et rationnel (cosmologie scientifique).

Voyage funeste en Espagne

Causalité entre la mort de l’enfant et la mort en Espagne.

Le voyage est funeste parce que la mère est enceinte. Le moment est important parce que c’est le moment crucial de la gestation, la «fabrique» des enfants dans le ventre de la mère. Il y a toute une série de systèmes symboliques qui accompagne les femmes enceintes.

Frayeurs de la mère:

Avoir ses menstruations, c’est «voir» (expression: lorsqu’une fille a ses menstruations pour la première fois, on dit «qu’elle a vu»).

Des mauvaises «perceptions» pourraient être associées

Le sang du cochon a un effet sur les femmes quand elles sont réglées ou enceintes: voir seulement le sang qui coule, la chair sanglante, fait courir le risque d’une perte accrue, mais toucher les organies qui en contiennent – la rate surtout – occasionne des hémorragies et provoque des avortements, quand l’enfant à naître n’est pas marqué de taches rouges que rien ne peut effacer.

Claudine Fabre-Vassas, 293

S’il y a du sang de porc et du sang de femme dans la même scène, le lecteur de l’époque verra forcément une transgression des normes, du système de valeurs (on ne peut pas parler de sang féminin dans toutes les circonstances, il y a un interdit associé à ce sujet).

Les codes entourant la femme enceinte sont nombreux:

une femme enceinte ne doit pas se rendre aux enterrements ni rester en deuil plus de trois mois; encore une fois, le pouvoir du regard inscrivant le malheur sur l’enfant. Elle ne doit pas non plus rendre visite à des malades, son enfant risquerait de venir au monde sans couleurs, de dépérir et de mourir vite.

Le jeune enfant et son corps, p. 69

une femme enceinte ne doit voir que de beaux objets pour influer ainsi sur l’aspect physique de l’enfant qu’elle porte. On nous parlait récemment en Normandie d’un enfant né avec le nez écrasé, car sa mère avait porté les yeux sur un état de charcutier qui exposait des têtes de cochon.

(58)

Présence récurrente du sang.

Époque où le poète est le prophète: l’écrivaine est source de vérité, elle perçoit bien le monde, elle voit bien le monde; elle est donc en mesure de bien percevoir.

Deux systèmes de valeurs:

La mère fait-elle le mal volontairement?

Certaines conduites transgressent des interdits connus (ex. voyager enceinte).

Faute non intentionnelle/involontaire?

Malheur: sérialité. Penser le malheur dans une globalité, une sérialité. Rapports de cause à effet beaucoup plus complexe, dans le contexte du milieu social, ex. à cause du rite manqué (rite qui permet justement de prévenir certaines inconduites).