Philosophie et design

L’unité entre la pensée et la pratique

Louis-Olivier Brassard
Colloque du 1er cycle en philosophie 2018
Université de Montréal
22 novembre 2018

Questions préliminaires

_

Qu’est-ce que le design?

Quelle est sa démarche?

Quelle est son but, sa fin?

Comment intervient la philosophie?

Quel dialogue pour ces deux disciplines?

1. Qu’est-ce que le design?

Idée : le design comme simple effet de style?

Le design ne serait qu’un arbitraire exercice de créativité, une discipline de l’ornement et des fioritures, qui ne fait que projeter des signes pour ajouter de la valeur perçue aux objets.

Design et marketing

(Image via Image Object Text)

Design et marketing

Le design trouve sa principale source d’application dans le marché. C’est une forme d’art appliquée aux objets dans le but de nous faire consommer davantage.

Peu de professions sont plus pernicieuses que le design industriel. Il n’y a peut-être qu’une seule autre profession qui soit plus factice : le design publicitaire, qui persuade les gens d’acheter des objets dont ils n’ont pas besoin, avec de l’argent qu’ils n’ont pas, afin d’impressionner d’autres gens qui s’en moquent. Le design industriel, qui élabore des sottises vulgaires vantées par les publicitaires, arrive en deuxième position.

— Victor Papanek, Design pour un monde réel (1971)

Qui a décidé de devenir designer s’est décidé contre la bonté pure.

— Vilém Flusser


Le design est l’un des principaux agents qui nous enferment dans le système quasi total du consumérisme contemporain

Hal Foster (2002), critique d’art américain

Le design se réduit-il au «beau utile»?

Le marché comme (seule) raison d’être du design?

Induire à la consommation, est-ce là le vrai but du design?

Sources historiques

1) Florence (Italie), vers 1420 : le projet architectural italien

2) Angleterre : réponse socialiste à la production industrielle de masse

3) Design industriel aux États-Unis : le streamline

Le design comme projet : un dualisme dans la méthode de conception

1) Élaboration (progetto)

2) Réalisation (progettazione)

Michel Dallaire – Angel Care

dessein + dessin = design

(Michel Dallaire, Angel Care)

  1. Élaboration : penser
  2. Réalisation : faire
  3. Réception (?)

Tout commence avec un problème

(The Uncomfortable Project)

La démarche du designer commence lorsque celui-ci détecte un problème, un irritant, une insatisfaction dans le monde.

Cette dimension de saisie et de compréhension est avant tout sociale.

Modèle de l’acte de design inspiré d’A. Findeli et augmenté par S. Vial

Le design : une démarche d’intention

1) Le design, c’est une culture créative qui cherche à enchanter l’existence par les formes.

(en termes philosophiques : c’est à la fois une ontologie et une phénoménologie)

2) La pratique du design, c’est un mode de connaissance, une approche pour connaître et comprendre le monde

(c’est donc une épistémologie)

faire du design, ce n’est pas donner forme à un produit plus ou moins stupide pour une industrie plus ou moins luxueuse. Pour moi le design est une façon de débattre de la vie

— Ettore Sottsass, designer italien

3) Le design, c’est une discipline du projet philosophiquement engagée dans un idéal d’avenir meilleur et durable

(c’est donc une éthique)

Le design, c’est l’art d’enchanter le monde par les formes.

— Stéphane Vial, Court traité du design (2010)

Frank Gehry – Lou Ruvo Center for Brain Health

Le but du design est d’améliorer ou du moins de maintenir l’habitabilité du monde dans toutes ses dimensions.

— Alain Findeli

Le design réduit à 3 critères

d’après Stéphane Vial

1) Une esthétique : le design est une question de beauté formelle
(Effet callimmorphique)

Le Macintosh d’Apple

2) Une sociologie : un façon de modeler nos interactions sociales, nos comportements en société
(Effet socioplastique)

Le Bixi de Montréal

3) Un événement : le design, c’est faire l’expérience du monde
(Effet d’expérience)

Un casque de réalité virtuelle

Retrouver le sens : la révolution sémantique du design

Le design, par sa fusion avec le marketing, est devenu une discipline du mensonge et des apparences.

La dissociation entre l’être (le noumène) et sa manifestation (le phénomène) est presque totale.

Syllogisme :

L’industrie produit notre cadre de vie;
Le design dessine l’industrie;
C’est le design qui détermine notre cadre de vie.

La responsabilité du designer se limite-t-elle à la simple élaboration d’un objet destiné à être consommé?

Le marché peut-il encore être la raison d’être du design?

Quelle fin pour le design?

2. La fin (le but) du design

Il n’y a pas de design sans moralité

— S. Vial, Court traité du design

Un artiste peut choisir d’être ou non responsable des autres êtres humains, tandis qu’un designer le doit, par définition

— Paola Antonelli (Interview : Design has been misconstrued as decoration)

Parce que je suis un designer et étant donné que par définition je travaille pour l’industrie, que l’industrie est l’équivalent du Capital et que ce dernier fait la guerre, etc., ils me rendent donc responsable de la guerre du Vietnam. Ils m’accusent aussi d’être responsable des morts de la route car c’est le Capital qui produit les voitures ; et pour ces mêmes raisons, je devrais aussi assumer la culpabilité des suicides dans les villes.

— Ettore Sottsass, Je suis très méchant (1973)

Le design c’est une culture du projet qui intègre un ensemble de valeurs, de réflexions sur des thèmes spécifiques et d’instruments conceptuels.

(cf. Ezio Manzini)

Valeurs

  • Santé et bien-être
  • Respect de l’environnment
  • Justice et équité

Thèmes

  • Le décrochage scolaire
  • L’expression des différentes cultures et de leurs communautés
  • Le développement durable

Instruments conceptuels

  • L’utilitarisme de J. S. Mill
  • La justice comme équité de J. Rawls
  • Le biomimétisme

Question :

Peut-on continuer à simplement faire du design par et pour le marché, en restant aveugle aux questions politiques, sociales et environnementales?

Le design doit-il œuvrer pour accoître la compétitivité et la différenciation sur le marché, ou doit-il plutôt se tourner vers la durabilité et la qualité de vie?

La question n’est plus de savoir si le design doit ou non composer avec le marché, mais comment il doit le faire.

Être designer, c’est prendre une position morale. Aujourd’hui, c’est prendre position sur la question du marché […]

— S. Vial, Court traité du design

3. Un dialogue interdisciplinaire

La loi morale du designer

(formulée à la manière de l’impératif catégorique)

Agis de telle sorte que tu traites le marché, aussi bien dans ta personnalité de designer que dans tes projets de design que tu offres aux usagers, toujours simplement comme un moyen et jamais en même temps comme une fin.

— S. Vial

Le design social et l’écodesign

Ce n’est plus le marché qui est la question centrale du design (ni l’esthétique d’ailleurs) : c’est l’environnement.

Idée : s’inspirer du biomimétisme

Cradle to grave cradle (C2C), ou le recyclage infini

(méthodologie de conception)

(Image via EPEA)

L’idée d’un design fondé sur l’environnement devient instantanément révolutionnaire, selon Papanek (1971), puisque tous les systèmes politiques sont fondés sur le postulat de la consommation, ce qui revient à «faire couler le radeau Terre».

L’attitude écologique est une forme de design social (et vice-versa).

La seconde loi morale du designer

Agis de façon à ce que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur Terre.

— Hans Jonas

Design et philosophie : une quête de vérité?

Dieter Rams et les 10 principes du bon design

Dieter Rams (via Vitsœ)

Principe #6 :

Un bon design est honnête : il ne projette pas plus d’innovation de puissance ou de valeur que le produit n’en a véritablement. Il ne tente pas de manipuler le consommateur avec des fausses promesses.

Une radio portative par Dieter Rams

Dieter Rams et les 10 principes du bon design (via Vitsœ)

Quelle est la place de l’être humain dans le monde, parmi les machines, les autres êtres vivants et son environnement?

(question ontologique)

Pour qui, pour quoi fait-on du design?

Il faut faire du «design pour la vie» (cf. Lászlo Moholy-Nagy, designer hongrois)

En résumé

Le design est un triple effet : effet de beauté, de société, mais surtout d’expérience.

Le design est d’abord moral : c’est une éthique avant une esthétique.

Le design est à la fois une façon de comprendre et d’agir sur le monde : c’est une épistémologie pratique.

La pratique du design est sociale par nature et critique par nécessité (cf. Gauthier, Proulx et Vial).

Le design répond à un besoin fondamental : celui d’enchanter l’existence à chaque instant.

(cf. Stéphane Vial – oui, encore lui)

Merci!

Louis-Olivier Brassard

louis-olivier.brassard@umontreal.ca

@_loupbrun