(dernière modification : )
BROUILLON

Leçon 4

Les déterminants

La grammaire moderne a établi une distinction entre déterminant et adjectif, car il existe bel et bien de différences fondamentales entre les deux natures (classes). Toutefois, ils ont un lien en commun: les adjectifs et les déterminants s’accordent avec le nom.

L’adjectif a un contenu sémantique plus précis. Il agit sur la signification propre du nom; sa valeur lexicale est modifiée.

Un nom peut être accompagné de plusieurs adjectifs.

L’adjectif peut être antéposé ou postposé au nom; il a une place variée et il peut être coordonné également.

Notes:

==Le déterminant a une seule fonctoin: déterminer le nom.==

Principaux types de déterminants:

Les déterminants définis, indéfinis et partitifs

Les déterminants définis (le, la, les)

(En grammaire traditionnelle, on les appelait les «articles définis».)

Ce type de déterminant désigne un élément ou un être déjà donné dans le texte ou connu par le contexte. Il peut aussi indiquer une vérité générale, universelle.

Exemples:

Les déterminants indéfinis (un, une, des)

(En grammaire traditionnelle, on les appelait les «articles indéfinis».)

Comme son nom l’indique, le déterminant indéfini désigne un élément ou un être qui n’est pas connu, dont on n’a pas encore parlé. Il peut aussi évoquer un être ou une réalité indéterminée, qui n’a pas à être précisé. Il peut aussi désigner un individu ou un élément parmi un ensemble.

Exemples:

Un son étrange a été entendu.

Une réaction forte a suivi.

Des individus se sont exclamés.

Parmi la foule, une femme courageuse s’est lancée au secours de la victime.

Les déterminants partitifs (du, de la, des)

(En grammaire traditionnelle, on les appelait les «articles partitifs».)

Le déterminant indéfini désigne quelque chose de nombrable, ==tandis que le déterminant partitif renvoie à une quantité dont on ne peut pas compter les éléments un à un==. («Il achète de la farine.») Mais cela ne signifie pas qu’on ne puisse pas mesurer cette quantité, dans certains cas.

Exemples:

Alexis boit toujours du café le matin.

Le boulanger fait son pain avec de la farine d’épeautre.

Nathalie mange parfois de la crème glacée.

Ils achètent des pâtes fraîches au marché Jean-Talon.

Il fallait du courage pour s’avancer ainsi.

Il y a du Miron dans son poème.

C’est du sérieux!

Il y a du bon dans ce que tu dis.

Ce n’est pas du saumon, c’est de la truite.

De la fine poussière recouvrait tous les meubles.

Note: les déterminants contractés sont aussi considérés comme des prépositions, puisqu’ils sont composés d’une préposition et d’un déterminant défini. Mais on peut les analyser aussi comme des déterminants. Déterminants contractés: au, aux, du, des.

Exemples:

Hector se rend au bureau du directeur.

Juliane ira aux États-Unis cet été.

Salomon se repose dans la salle des étudiants.

Comment distinguer le déterminant indéfini «des» du déterminant partitif «des»?

Deux conseils pratiques:

  1. Pour les distinguer, on peut mettre le déterminant au singulier. Si au singulier, on trouvera «un» ou «une», il s’agit donc d’un déterminant indéfini.
    «J’ai trouvé des coquillages»: un coquillage.
    «J’ai mangé des pommes»: une pomme.
    Déterminants indéfinis.
  2. Le déterminant indéfini pluriel peut aussi être remplacé par le déterminant «quelques» ou «plusieurs».
    «J’ai trouvé plusieurs coquillages.»
    «J’ai mangé quelques pommes.» Ce remplacement est impossible avec le déterminant partitif, sauf s’il y a un changement de sens, de contexte ou une figure de style.

Important! Les déterminants partitifs ne font pas partie de la catégorie des prépositions, malgré l’apparence de la préposition«de» (qui ne joue pas le rôle d’une préposition). Ils déterminent des noms en fonction C.O.D., ou parfois sujet, voire C.C. de matière. La fonction du GN dont ils font partie peut donc aider.

Je mange de la crème glacée.

(«de la crème glacée» est C.O.D. de «mange».)

Je bois du café.

(«du café» est C.O.D. de «bois».)

De la neige tombait souvent en abondance.

(«De la neige» est sujet de «tombait»)

Il a fait sa sculpture avec de l’argile.

(«avec de l’argile» est C.C. de moyen de «a fait»

==Au contraire, les déterminants contractés («au», «aux», «du», «des») sont des prépositions, car ils sont constitués d’une préposition.== Les déterminants contractés («au», «aux», «du», «des») introduisent des groupes prépositionnels qui peuvent avoir diverses fonctions telles: le C.O.I., le C.C., le C. du nom, le C. de l’adjectif, le C. du rponom, etc. Dans ces fonctions, on remarque la présence d’une préposition «à» ou «de».

Il va au bureau du professeur.

(«au bureau» est C.C» de lieu de «va» / «du professeur»: complément du nom «bureau».)

Comment distinguer le déterminant partitif et la préposition suivie du déterminant défini «la», qui ont en apparence les mêmes formes?

«Du» (partitif ou déterminant contracté), «de la» (partitif ou préposition ou déterminant défini), «des» (déterminant indéfini ou déterminant partitif ou déterminant contracté)…

(Les formes «au» et «aux» ne présentent cependant pas ce danger de confusion, car elles sont toujours des déterminants contractés, donc aussi des prépositions.)

Pour bien effectuer la différence entre le déterminant partitif etle déterminant contracté ou la préposition suivie d’un déterminannt défini, on peut ajouter, par exemple, un déterminant démonstratif ou possessif, afin de vérifier si une préposition demeure.

Exemple:

Je mange de la crème glacée.

Je mange ma crème glacée.

Je bois du café.

Je bois mon café.

Non: pas de préposition, donc il s’agit bien de déterminants partitifs.

Il achète du beurre à la ferme.

Il achète son beurre à la ferme. La préposition disparaît: il s’agit donc d’un déterminant partitif.

Déterminants démonstratifs (ce, cet, cette, ces)

Les déterminants démonstratifs indiquent que la chose ou l’être est désigné par le contexte ou le texte. Il s’agit des déictiques (dont l’étymologie contient l’idée de «montrer»). Le nom qu’ils accompagnent peut être suivi des adverbes ci et là, unis par un trait d’union. «ci»: élément rapproché, là: «élément éloigné».

Exemples:

Le professeur a désigné cet étudiant-là.

(«cet» détermine «étudiant»)

Cette fois-ci, nous ferons preuve d’indulgence.

(«Cette» détermine «fois»)

Il me faudrait obtenir ce cahier-là.

(«ce» détermine «cahier)

L’architecte a choisi ces maisons-ci comme modèles pour ses prochains plans.

(«ces» détermine «maisons»)

Déterminants possessifs

Comme le terme l’indique, le déterminant possessif est employé pour indiquer la possession (au sens large). Ils ne se forment pas que par le genre et le nombre (du nom qu’ils déterminent), mais aussi par la personne grammaticale du «possesseur».

Avez-vous oublié votre cahier chez vous?

(«votre» détermine «cahier»)

Je n’ai jamais abandonné mes amis.

(«mes» détermine «amis»)

Il n’a pas compris ton point de vue.

(«ton» détermine «point»)

Déterminants quantitatifs (et identifiants)

Quelles sont les caractéristiques des déterminants quantitatifs (et identifiants)? On pense à une quantité non chiffrée, à une identification imprécise, à un refus d’identification ou à la totalité. Ils peuvent aussi désigner une quantité nulle, égale à un ou supérieure à un.

Principaux déterminants quantificatifs et identifiants:

L’adjectif indéfini (facultatif)

Les termes «autre», «même» et «quelconque», puisqu’ils ont toujours besoin d’un autre déterminant, seraient en réalité des adjectifs indéfinis (ex.: les mêmes montants; un autre choix, un quelconque individu). Dans ce cours, on accepte de les nommer déterminants identifiants (ou quantitatifs ou indéfinis), car ils sont souvent classés parmi ceux-ci dans de nombreuses grammaires.

Distinction entre déterminant et adjectif qualificatif

(Voir Nouvelle Grammaire française, p.198, §243, C, pour d’autres exemples, comme «différent», «divers», «nul», etc.) Le mot «certain» fournit un excellent exemple de ce changement de nature selon l’emploi. Quand il est déterminant, il signale une imprécision de l’identité. S’il est adjectif qualificatif, il devient synonyme de «sûr».

Exemples où il est déterminant qualifiant (ou quantitatif, ou indéfini, selon la préférence):

Certains étudiants ont décidé de former une association.

(«Certains» déterminent «étudiants»)

Un certain retard a été pris dans ce dossier.

(précédé d’un autre déterminant, cette fois) («certain» détermine «retard»)

Exemples où il est adjectif qualificatif:

Je suis certaine que vous réussirez.

(«certaine» = attribut du sujet «Je»)

La dame, certaine de ce qu’elle affirmait, nous a convaincus. («certaine» = épithète détachée de «dame»)

Cet employé, certain de lui, réussit toujours tout.

(«certain» = épithète détachée de «employé»)

Le cascadeur se dirige vers une mort certaine.

(«certaine» = épithète de «mort»)

Déterminants numéraux

Les déterminants numéraux étaient traditionnellement appelés cardinaux: un, deux trois, quatre, cinq…, cent, mille. Comme tous les autres déterminants, leur fonction est de déterminer un nom qu’ils précèdent:

Vous devez acheter ==deux== cahiers.

(dét. «cahiers»)

Nous avons rencontré ==trois== étudiants.

(dét. «étudiants»)

Déterminants interrogatifs et exclamatifs

Dans une phrase interrogative ou exclamative, l’emploi d’un déterminant interrogatif ou exclamatif est très fréquent («quel», «quels», «quelle», «quelles»). (Nous y reviendrons à la leçon 7.)

Il faut bien regarder la ponctuation à la fin de la phrase ou de la proposition: un point d’interrogation fait de ce déterminant un déterminant interrogatif; un point d’exclamation en fait un déterminant exclamatif. Le déterminant interrogatif ne se trouve toutefois pas toujours dans une interrogation directe; il peut se trouver dans une interrogation indirecte (sans point d’interrogation). En attendant la leçon 7, en voici des exemples:

Quelle victoire crois-tu ainsi remporter?

(dét. interrogatif, détermine « victoire)

Vers quelle gare le train se dirige-t-il?

(dét. interrogatif, détermine « gare »)

À quelle heure prendras-tu l’autobus?

(dét. interrogatif, détermine « heure »)

Par quel chemin êtes-vous passés ?

(dét. interrogatif, détermine « chemin »)

Il se demande par quel chemin vous êtes passés.

(dét. interrogatif, détermine « chemin »)

Déterminants relatifs

Les déterminants relatifs sont surtout employés dans la langue administrative ou juridique. Je vous en donne une liste, mais ils ne sont pas matière à examen. Ils risqueraient trop d’être confondus avec les pronoms relatifs (vus à la leçon 9). Le déterminant relatif varie en genre et en nombre avec le nom qu’il détermine (il est toujours placé devant un nom, ce qui le distingue du pronom).

Liste:

Une compensation leur sera accordée, laquelle compensation sera remise dans trois mois.

(«laquelle» détermine le nom «compensation» au féminin singulier.)

Combinaisons limitées de certains déterminants

S’il est vrai que, dans la plupart des cas, le nom est précédé d’un seul déterminant, mentionnons toutefois que les déterminants numéraux peuvent être combinés à des déterminants possessifs ou démonstratifs, ou encore à des déterminants définis, de telle sorte qu’un nom pourra se trouver avec deux déterminants.

==Les== ==cinq== continents

==Mes== ==deux== mains.

==Ces== ==quatre== étudiants

Les déterminants indéfinis «quelque» et «tout» peuvent être utilisés également avec un déterminant défini:

==Les== ==quelques== passagers n’ont pas pu partir.

==Tout== ==le== quartier a été mis au courant de l’incident.

Les pronoms

Les pronoms remplacent, la plupart du temps, un nom (ou un G.N.), ils le substituent; ils sont employés pour (pro) lui. Mais le pronom personnel «le» peut aussi remplacer un adjectif attribut («triste, je ==le== suis») ou une proposition complète («Que tu sois arrivée la première, je ==le== crois.»). Il arrive qu’un pronom remplace un autre pronom, souvent en emploi absolu.

Notion d’antécédent: c’est l’élément, l’entité (le mot) que le pronom représente. L’antécédent précède le pronom; il est toujours placé avant dans le texte. Sinon, comme dans le cas des pronoms interrogatifs, des sujets des verbes impersonnels (leçon 11) et des mises en relief ([[Leçon 6]]), on dit que le pronom représente par anticipation. Parfois, le pronom n’a pas d’antécédent déterminé; on dit qu’il est alors en emploi absolu. Le plus souvent, il s’agit de pronoms indéfinis. (Dans certains cas, ce peut être un pronom démonstratif «ce» ou «cela», «celui», «celle», «ceux», «celles», «ça» au registre familier.)

Pronoms personnels

Sujets: je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles, «on». (Dans le sens de «nous», «on» est pronom personnel; sinon, il vaut mieux le voir comme un pronom indéfini.)

C.O.D.: me, te, le, la, nous, vous, les.

C.O.I.: me, te, lui, nous, vous, leur.

D’accompagnement des verbes pronominaux: me, te, se, nous, vous, se (fonctions possibles: C.O.D., C.O.I. ou sans fonction logique). Ils s’associent toujours à un sujet de la même personne grammaticale: «je… me»; «tu… te»; etc.

Formes disjointes (toniques) de pronoms personnels

moi, toi, lui, elle, nous, vous, eux, elles. Pour les êtres animés seulement. Ces pronoms personnels sont utilisés après une préposition, ou après le verbe impératif, à la forme affirmative (moi et toi), ou isolément (dasn une réponse courte, par exemple), dans la mise en relief ou après la conjonction de coordination «ni». Ces pronoms peuvent assumer les fonctions: C.O.D., C.O.I., CC, complément de l’adjectif, complément du nom, complément d’agent, attribut, etc. Le pronom de forme disjointe «soi» est utilisé après un infinitif, quand l’antécédent est indéterminé.

Exemples de pronoms personnels de forme conjointe:

Je constate que vous avez beaucoup progressé

(«Je»: sujet de «constate».)

Exemples de pronoms personnels de forme disjointe (tonique):

Il pense à ==toi== tout le temps.

(«à toi»: C.O.I. de «pense».)

Qui veut fermer la porte? – ==Moi==!


Attention! Ne pas confondre les pronoms personnels avec certains déterminants (le, la, les, leur). Les pronoms remplacent un nom et ne l’accompagnent donc pas.

Exemples pour éviter de confondre un pronom et un déterminant:

Les étudiants sont dans leur classe.

(«leur»: déterminant possessif, détermine le nom «classe».)

Le professeur ==leur== parle.

(«leur»: pronom personnel, remplace le groupe nominal «les étudiants» C.O.I. du verbe «parle».)

Pronoms personnels de forme conjointe (en et y)

Le pronom personnel «en» ne s’applique qu’aux êtres inanimés (sauf quelques exceptions).

Fonctions que peut assumer le pronom personnel «en»:

Pronoms démonstratifs

Attention! Ne pas confondre le pronom «ce» avec le déterminant de même forme.

==Ce== n’est pas un problème.

Ici, «Ce» est pronom. Il pourrait être remplacé par un GN. Il est sujet de «est».


Il peut arriver que le pronom démonstratif soit pourvu du déterminant indéfini «tout».

Tous ceux qui veulent peuvent partir.

Le pronom démonstratif «ceux» est sujet de «peuvent partir», mais il est quand même précédé du déterminant indéfini «Tous».

On parle d’emploi absolu quand le référent est uniquement dans le contexte, la situation. Mais il a un antécédent si le référent est dans le texte sous forme d’un mot identifiable.

Pronoms possessifs

Pronoms indéfinis

Pronoms interrogatifs

Pronoms numéraux

Note: les pronoms numéraux ne sont pas précédés d’un déterminant (ni suivis d’un nom). Ils sont utilisés seuls, de manière autonome. Ils assument une fonction comme le ferait un nom (ou un autre type de pronom). Ils assument donc une fonction nominale.

Fonction complément du pronom

Tout simplement, si un groupe de mots ou un seul mot complète un pronom (numéral, interrogatif, indéfini, démonstratif, etc.), la fonction est «complément du pronom».

Dans tous les exemples suivants, les compléments du pronom sont assumés par des groupes prépositionnels (marqués). Le mot noyau est en gras. Les prépositions, dans ces exemples, sont «parmi», «de» (ou «d’»), «contre» et «après».

Le plaisir de la critique nous ôte celui ==d’être vivement touchés== de très belles choses. (La Bruyère)

«d’être vivement touchés»: complément du pronom «celui».

Cent parmi eux seront sélectionnés pour participer au concours.

«parmi eux»: complément du pronom (numéral) «Cent».